Biscuits aux noix de macadamia et chocolat blanc (Paleo)

biscuitsDonne 12 gros biscuits

o 1 1/2 t de farine d’amandes
o 1/2 c à thé de poudre à pâte
o 3 c à table d’huile de noix de coco (fondue)
o 6 c à table de sirop d’érable
o 1/2 t de beurre d’amandes
o 1 œuf
o 1 c à thé d’extrait de vanille 1/4 de c à thé de sel
o 1/2 t de noix de macadamia hachés
o 1/2 t de pépites de chocolats blanches

 

Préchauffez le four à 350 degré

Dans un bol, mélanger sel, farine et poudre à pâte

Dans un autre bol, mélanger les ingrédients liquides jusqu’à consistance lisse.

Ajouter les noix et le chocolat blanc, bien mélanger.

À l’aide d’une grosse cuillère, mettre 12 portions sur une plaque à biscuit recouverte de papier parchemin (ou deux plaques, il faut que les biscuits aient de l’espace), écraser un peu à l’aide d’une fourchette.

Cuire 8 à 10 minutes

Sortir du four et mettre les plaques sur des grilles pour refroidit au moins 15 minutes. Ils paraissent très mou mais durcissent à l’extérieur en refroidissant (mais restent très moelleux en dedans)

Lâche pas, t’es une super maman

« Lâche pas, t’es une super maman ». Une phrase que j’ai entendue tellement souvent. Une phrase qui ne me fait AUCUN bien. Je ne me sens pas super, je suis en mode survie tout le temps, coincée entre l’inquiétude, la peur de l’avenir, la culpabilité, le jugement, la solitude, l’incompréhension. Sans oublier, le sentiment de ne pas être à la hauteur et d’être incomprise. À travers les crises, les comportements difficiles de mon fils (et même de ma fille, excédée par la situation, elle aussi), l’attente de services, le manque de ressources, les rigidités, vivre dans le stress de façon permanente en anticipant tout le temps les éventuels problèmes ne font pas de moi une super maman. Lire la suite

I am Ouaga

iamouaga

Internet, tu as la solidarité sélective. Quand les victimes nous ressemblent plus, on est touchés (Paris, New York…), autrement, bof, c’est triste mais ces pays là, ils sont toujours dans la misère alors…

À Québec on en parle plus car il y a des nôtres parmi les victimes: une famille de Québec. Les Carrier étaient arrivés à Ouagadougou la veille de Noël et avaient pour projet de construire une école dans le village de Kangoussi, à une centaine de kilomètres au nord de la capitale.Yves Carrier en était à son quatrième voyage au Burkina Faso. Avec l’aide de sa femme et ses enfants, il faisait des activités de financement ici pour aller redonner directement dans ce pays d’Afrique. Ce fut mon premier directeur d’école au secondaire, tout un phénomène ce Yves!

Triste quand même de constater qu’on attache plus d’importance à certains pays que d’autres, malgré nos beaux discours, dans la balance, chaque vie humaine ne compte pas également. Je suis triste pour les proches de Yves, mais je le suis aussi pour toutes les autres victimes des attentats partout dans le monde, dont on entendra jamais parler.

Un asperger ordinaire

tumblr_mv9fqk4pkX1rax79ro1_500

Fiston a reçu l’annonce de son diagnostic tel que je l’imaginais: sans grande surprise, quelques questions et on passe à autre chose, c’est-à-dire ses sujets favoris.

Je n’ai pas eu de deuil à faire, ce ne fut pas un choc, on a simplement eu des réponses à nos interrogations et mises des explications à ses difficultés. Tu reçois le diagnostic  pour lequel tu t’es cassé la tête huit longues années: des années à chercher, à attendre, dans un système de santé pourri; observer, prendre des notes, aller en ergo, voir une psychologue, des TS, éducateurs spécialisés, médecins…qui trouvent tout ce petit bonhomme « spécial », oui, il a de l’opposition, oui, il a des troubles de modulations sensoriels, tiens, il a un TDAH, non, il n’est pas hyperactif, ha, non, il n’a pas de déficit d’attention…oui, mais son principal problème est avec les autres, il a un déficit social…finalement…J’avais raison, il est Asperger. Lire la suite

Enfin, on sait…

En juin dernier, excédée, j’écrivais ceci. J’étais loin de me douter que six mois plus tard, après huit longues années à chercher, à consulter, à entendre des avis différents, mais jamais aucune solution, on arriverait à savoir. Le diagnostic est tombé, sans grande surprise pour moi, mon fils a un trouble du spectre autistique. Au fond de moi, je savais depuis longtemps, mais je m’entêtais à me dire que ça ne se pouvait pas parce que:

  • il est affectueux avec certaines personnes
  • il est intelligent, n’a jamais été en échec scolaire
  • il a des amis (malgré ses difficultés sociales)
  • il n’est pas un génie comme « Rain man »
  • il est capable d’être raisonnable
  • il regarde les gens (un peu) quand il parle

je pourrais encore allonger la liste des oui mais…qui forgeaient mes impressions de ce qu’était l’autisme. Et j’étais complètement « dans le champ »…

Premièrement, on va se dire les vraies affaires, mon fils a un trouble du spectre autistique niveau modéré (il y a trois niveaux: léger, modéré et sévère), ou dans l’ancien terme, il a un syndrome d’Asperger. Ça fait partie de lui, mais ce n’est pas ce qu’il est.

Deuxièmement, comme dirait mon amie Annie « l’autisme chez les uns n’est pas l’autisme chez les autres« . Le terme spectre vient justement du fait qu’il y a un large éventail d’autisme: il y en a qui sont non-verbaux, qui ont une déficience intellectuelle, il y a les génies comme Einstein, il y a qui n’ont pas de retard de langage et dont le TSA est peu perceptible au premier abord, comme mon fils. Ils ont cependant tous trois caractéristiques communes qu’on appelle la triade autistique:

triade.jpg

Les manifestations énumérées ci-haut ne sont que quelques exemples, il y en a encore bien plus, mais les trois catégories communes qui apportent un grand lot de difficultés aux autistes sont la communication, l’imagination et les relations sociales.

Je n’ai pas encore annoncé le diagnostic à mon fils et je me demande bien comment il réagira car, dans la cour d’école, « autiste » est une insulte au même titre que débile ou imbécile.

Pour les intéressés, je publierai sous la page TSA, des articles, des liens afin de se familiariser à ce trouble de dont on entend souvent parler, mais dont on ne connait malheureusement pas encore grand chose.

autisme